L'avenir du progrès s'occupe des malades

Publié le par Roda

L'autre jour, je suivais un bus qui arborait une publicité pour une mutuelle au slogan accrocheur : "Pourquoi payer comme un malade quand je ne suis pas malade".

Ah que voilà une question intéressante ... Pourquoi payer pour un service si l'on ne l'utilise pas ?

Généralement, la réponse est que ce service est beaucoup plus cher que ce que l'on nous demande, et qu'il vaut mieux payer un petit peu préventivement au cas où, plutôt que beaucoup quand cela devient nécessaire.

 

Prenons le cas de la santé qui concerne la publicité citée. Il parait assez sage de payer une somme raisonnable quand on est en bonne santé pour être pris en charge sans frais supplémentaires quand un problème survient.

C'est à la fois un principe de bonne gestion au niveau personnel, mais aussi au niveau de la société toute entière, où les biens-portants cotisent pour s'occuper des malades, c'est le principe d'une société solidaire.

 

Essayons d'imaginer une société ne fonctionnant pas sur ce principe, ce n'est pas difficile, il suffit de voyager un peu dans le monde ...

  Vous êtes bien-portant, alors il vous faut être assez clairvoyant pour économiser par vous-même suffisamment pour prévoir les coups durs, il vous faut choisir un placement à la fois sûr et rentable afin que cet argent patiemment amassé ne s'envole pas au gré des fluctuations boursières ou financières.

Le jour où la maladie sérieuse survient, vous perdez votre emploi, les frais s'accumulent, il vous faut à la fois gérer les problèmes de santé et financiers. C'est probablement la famille, si elle le peut qui devra payer, emprunter, pour règler les factures médicales ...

 

Quant au handicap, qui va le prendre en charge ? Un enfant handicapé doit-il être à la charge de sa famille pendant toute sa vie ?

 

On peut aisément généraliser ce principe à l'ensemble des branches de la société.

Prenons par exemple l'éducation : pourquoi payer alors que je n'ai pas d'enfants à l'école ?

Ou bien l'infrastructure routière : pourquoi payer alors que je n'emprunte jamais cette route ?

Pourquoi les services publiques devraient-ils être disponibles pour tous aux mêmes conditions ?

 

  Nombreux sont ceux qui voient en ce brillant scénario l'avenir du progrès qui nous attend, où chacun se bat pour lui-même en écrasant si possible le voisin au passage.

Je préfèrerais quant à moi payer un peu toute ma vie pour m'occuper des autres tant que je suis valide, et bénéficier de la solidarité de la société quand mon tour viendra. Mais c'est sûrement une façon réactionnaire de voir le monde.

Publié dans L'avenir du progrès

Commenter cet article